ELECTIONS COMMUNALES – ANALYSE

Une semaine après les élections, nous pouvons sereinement commenter les résultats des votes et analyser les événements.
Les points de vue s’affrontent, s’opposent même.

RÉSULTATS

  • Le PS perd 15,31% et 3 sièges. Une claque ? Le PS reste pourtant le premier parti de la commune avec 2751 voix (41,66%). Alors, les rouges, gagnants ou perdants ?
  • Ensemble fait un bond en avant et rafle deux nouveaux sièges grâce à ses 2245 voix (34%). Qui dit mieux ?
  • La liste citoyenne ACAP6250 voit le jour et décroche déjà un siège, devenant le 3è parti de la commune avec 579 voix (8,77%).
  • Le MR qui avait obtenu 4 sièges en 2006, et plus que 2 en 2012, ne compte plus à présent qu’un siège avec 549 voix (8,31%), se voyant du coup rétrogradé à la 4ème place.
  • Ecolo obtient 479 voix (7,25%) et conserve le siège acquis en 2006 et préservé dans le Cartel Ensemble en 2012.
  • 8,50% des électeurs ne se sont pas présentés. 7,99% des bulletins étaient blancs ou nul. Soit un total de 83,51% de votes valables.

 

FORMATION D’UNE MAJORITÉ

Le soir des élections, quelques minutes seulement après la publication des résultats officiels et définitifs, le PS et le MR se sont alliés pour former une majorité de 11 sièges sur 21.

Pourquoi le PS, n’a-t-il pas pris le temps de consulter tous les autres partenaires potentiels ?

Pourquoi le MR s’est-il précipité dans les bras du PS ?

La presse fait choux gras de cet accord de majorité scellé en moins de 30 minutes. Mais 5 jours après les élections, les compétences ne sont toujours pas complètement réparties ? Nous sommes donc en droit de nous questionner sur cet accord de majorité (si tant est qu’il existe), et sur le projet politique qui a été déterminé ?

ET L’INTÉRÊT DU CITOYEN DANS TOUT CA ???

Nous sommes en droit de nous questionner sur les priorités des personnes aux commandes de ces deux partis. Pourquoi agir avec tant de précipitation pour sceller un accord et avoir besoin ensuite d’autant de temps pour répartir les compétences. N’est-ce pas travailler à l’envers, en faisant fi des choix opérés par une large partie de la population ?

Pour Ecolo, une majorité doit être scellée sur base d’un accord sur les programmes et les priorités. Il nous apparait donc important de pouvoir rencontrer les partenaires potentiels pour discuter de tout cela et ensuite opérer un choix réfléchi et posé.

Ce ne fut pas le cas à Aiseau-Presles ce 14 octobre 2018.

Et cela nous donne à croire que ces personnes ont d’abord pensé à leurs propres intérêts en s’assurant des places de choix, rémunérées, à la commune, avant de penser au devenir des Aiseau-Preslois.e.s.

LE POSITIONNEMENT D’ECOLO

Ecolo, avec un siège, a choisi de rester ouvert à toute discussion. Il ne s’agissait pas de prendre part à une course au pouvoir (de type “premier arrivé, premier servi”) mais bien d’envisager un travail collectif au profit des citoyen.ne.s. (comment allions-nous pouvoir travailler ?).

Ce dimanche 14 octobre, nous avons répondu à l’appel du groupe Ensemble qui souhaitait entamer des discussions pour former une majorité avec ACAP6250 et le MR.

Ni le dimanche 14, ni avant ni après cette date, le PS ne nous a contactés.

L’AVENIR EN VERT

Nous mettrons toute notre énergie à défendre notre programme durant les 6 prochaines années, à proposer des mesures concrètes, à analyser le travail de la majorité en place, à proposer des alternatives crédibles aux projets qui ne répondraient pas à nos attentes, à soutenir ceux qui correspondront à notre philosophie.

  1. Pierre NAVEZ
  2. Maria Christina RUGGIN
  3. Pierre DE ROOVER
  4. Marie-Paule VANVELTHEM
  5. Frédéric MARLIER

ECOLO – programme 2018-2024

Share This